C’est l’histoire d’un nom : RAUTUREAU. L’histoire d’une famille.
L’histoire d’un style né du mariage de la créativité audacieuse et du savoir-faire bottier.

Tout commence en 1870, en Vendée dans l’ouest de la France, à la Gaubretière. Cordonnier de son état, Jean-Baptiste Rautureau fonde son entreprise, fabriquant et réparant les souliers. La saga est en marche. Après 4 générations, Yvon et Guy RAUTUREAU lui succèdent. Plus de cent ans après, Free Lance est née en 1980 au moment même où la chaussure s’émancipe et se livre à ses premières expérimentations. Ce que la marque FREE LANCE a institué il y a près de 35 ans, la botte biker, le talon vertigineux, la bottine Working girl qui conjugue le masculin au féminin sont devenus les icônes d’aujourd’hui.

Le modeste atelier d’autrefois s’est mué à présent en une vaste manufacture où la dextérité artisanale cohabite avec les techniques les plus modernes.

Même si nos marques les plus emblématiques ont su s’exporter dans le monde entier, une chose n’a pas changé : c’est toujours dans le village de La Gaubretière, là où tout a débuté il y a près de 150 ans, que se poursuit l’aventure.

La force de FREE LANCE

C’est un chausseur et uniquement un chausseur. Le style Free Lance, c’est l’excellence, la quête incessante de l’innovation et l’aspect unique de la main française. Plus brute, plus artisanale, aimant les irrégularités, c’est une chaussure plus humaine, qui cultive un luxe différent. Les souliers sont fabriqués à la main jusqu’aux ultimes finitions. Pour les modèles les plus Rock chaque petit clou sera posé par l'un des cent artisans de l’usine.

Free Lance, c’est aussi des codes iconiques. La semelle de la même couleur que la chaussure, le travail audacieux de la recherche sur les matières (découpe au laser imitant le python ou le croco, les patchwork ou les imprimés exclusifs), et signe distinctif suprême, la rose brodée sur la cambrure de la semelle. Un hommage à l’esprit du rock.

Formes et matières
L’usine de la Gaubretière en Vendée, berceau de FREE LANCE, possède une véritable bibliothèque de formes et matières. Des milliers de peaux stockées là dans l’attente d’être choisies lorsque les collections sont créées. Des serpents, des crocos, des cuirs de toutes les couleurs... c’est le seul moyen de proposer un produit unique et de se renouveler.